RPG -18 ans | Hentai - Yaoi - Yuri | Ames sensibles passez votre chemin
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti ~ Père Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti ~ Père Gabriel Lun 12 Oct - 15:47

<< Père GABRIEL >>


- INFORMATIONS IMPORTANTES -
Fiche d'identité
NOM : /
PRÉNOM : Gabriel
AGE : 34 ans
SEXE : Masculin
ORIENTATION : Abstinent
GROUPE : Religieux(ses)
METIER : Prêtre
CODE :

CARACTERE :
D'une nature calme, Gabriel n'exprime que rarement ses sentiments. Il se montre distant, impassible, infranchissable, autant de barrières entre lui et les autres. Ses sourires et ses rires sont tout aussi rares. On lui reprochera justement de se montrer aussi imperméable au monde qui l'entoure. Protecteur, il est pourtant d'une très grande générosité, à l'écoute des autres, près à se battre au nom de la justice divine pour sauver son prochain. Dès qu'il s'agit de dieu, de prières, de missions évangéliques, il devient déterminé au plus au point. Extrêmement croyant, il a reçu l'éducation vaticane depuis la plus tendre enfance, il connait de nombreuses langues mortes et lorsqu'il parle, il possède un léger accent. Il le déteste, se trouvant ridicule et se tait la plupart du temps. Il n'est que tendresse, gentillesse, bonté, douceur. Il n'émane aucune forme de haine, aussi placide que l'eau d'une rivière et tout aussi violent que la tempête lorsqu'il doit combattre les démons, au risque d'y perdre sa propre vie. C'est ce qui lui a valu cette marque : une vilaine plaie noircie allant du haut de l'épaule gauche à sa hanche gauche, zébrant son flanc. Il a bien faillit perdre son bras. Une rumeur prétend que lorsqu'il a vaincu des démons. Étrangement, il possède trois grosses croix rouges sur l'avant bras, bien visibles. On est jamais arrivé à savoir si il n'avait pas bonnement absorbé les dit démons et qu'il marche depuis sous la possession de trois d'entre eux. Un mystère qu'il vous faudra sans aucun doute éclaircir. Il lui arrive de se parler à lui-même lorsqu'il est seul ... Mais l'est-il vraiment ?

- HISTOIRE -


Les anges descendront du ciel pour chasser les démons de la terre.


C'est ce que pensait sa mère lorsqu'elle le mit au monde dans son couvent au Monastère Mater Ecclesiae de Rome, tout près du vatican. Elle ne savait même pas qu'elle était enceinte lorsqu'elle entra dans les ordres pour revêtir l'habit des religieuses. Elle avait si longtemps prié pour que son pêché lui soit pardonné. Était-ce donc la volonté de dieu qu'elle vienne jusqu'à terme ? Et lorsque le nourrisson poussa son premier cri, d'une peau clair comme la lune, de ces yeux gris comme l'orage et cette petite touffe de cheveux noir comme les plumes d'un corbeau, les sœurs ne purent qu'en conclure qu'il s'agissait là d'un signe. Elles ôtèrent l'enfant à la mère pour le présenter au Concile afin de quérir leurs avis. Une bien longue discussion eut lieu sur l'avenir de l'enfant. Le pape de l'époque lui-même ne sut prendre une position définitive. Sa mère supplia sa souveraineté qu'on lui rende l'enfant, implorant au nom de la sainte vierge qu'aucun mal ne lui soit fait. Lorsqu'on lui demandait si l'enfant avait un nom, elle se mit à sourire avant de le nommer : Gabriel. Comme l’archange. Et lorsqu'on lui demanda le nom de son père, elle ne put répondre à la question. Sans doute cherchait-elle à simplement protéger son fils ? Toujours que cette naissance au sein d'un couvent n'était pas chose habituelle et encore moins acceptable. Un accord fut tout de même trouvé : La mère serait contrainte d'élever l'enfant dans l'enseignement stricte de la religion et lorsqu'il aurait atteint l'âge de douze ans, il serait alors envoyé dans les ordres. Et il en fut ainsi.


... Et les anges furent précipités avec lui.


L'étude des sept royaumes, les langues et les incantations religieuses, voilà comment Gabriel passait ses journées dans les divers basiliques et palais du Vatican puis vint le jour où il put enfiler pour la première fois sa robe de prêtre. Il n'avait qu'une vingtaine d'années, grand, élancé, la chevelure de jais et le regard de l'acier. Certaines rumeurs filtraient au sein de la congrégation, l'on parlait de cas étranges, de possessions démoniaques qui auraient mal finies, de disparitions inquiétantes et surtout de bibles "noires". Sa mère était si fière de lui en venant arranger la longue écharpe au cou de son fils. Qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Elle commençait à serrer doucement l'étoffe avec ce sourire en bouche. Et ce rire ... Ce rire étrange qu'elle poussait en tentant de le tuer. Gabriel s'en rappellera sans doute le restant de sa vie. Elle fut considérée comme le "dixième cas officiel" de possession démoniaque dans l'enceinte même du Vatican de l'année. Quelle ironie lorsque l'on pense que c'est son propre fils qui dut la repousser à flots de prières et que la seule réussite qu'il obtenu fut le corps gisant de sa pauvre mère, la marque brûlée de la croix sur le front et la marre de sang qui l'entourait. Gabriel fut envoyé pour divers missions après cela, à la base humanitaires dans différents lieux mais il s’aperçut bien vite des réelles raisons de sa présence : L'enquête sur ces fameux livres. Le Vatican envoyait donc ses prêtres au casse-pipe ? Sa foi en fut quelque peu ébranlée lorsque huit ans plus tard, dans un village proche de Kukaisurou, alors qu'il procédait à une simple visite dominicale auprès d'un de ses confrères, il fut à nouveau confronté à cette même force démoniaque. Le prêtre du village avait un bien étrange livre en guise de bible. La couverture était d'un rouge sanguin, d'épais anneaux de fer le reliaient aux pages, les écritures et symboles n'avaient rien de ce qu'il connaissait et les paroissiens se conduisaient comme des zombies avides de chaires et de plaisirs charnels. Tout dans ce village transpirait la luxure, le vice et l'enfer. Même les chiens ne semblaient pas "normaux", bavant et grognant, les yeux rouges vifs. Gabriel était loin d'y être préparé mais il sentait au fond de lui qu'il était proche du but. Munit de sa seule croyance, il s'était aventuré bien plus loin que d'autres avant lui, il avait réussit à grimpé les marches de l'église malgré les crocs des chiens, la robe tâchée de sang et le souffle court. Épuisé, il put pousser les portes en puisant dans ses dernières forces avec la volonté du désespoir et ce fut le trou noir. Personne ne put savoir réellement ce qu'il lui est arrivé.


Qu'il se lave et son pore connaîtra le soleil divin.


Gabriel se réveilla, trois jours plus tard, allongé dans un lit. L'église de Kukaisurou l'avait recueillit sans trop qu'il puisse savoir comment, ni pourquoi d'ailleurs. Son corps lui faisait mal et avait été bandé, ses plaies soignées comme on le pouvait avec divers baumes très odorants. Il n'arrivait pas à se souvenir de cette journée là, celle qui l'a amené aux portes de la mort. Abandonné par le Vatican lui-même auprès duquel il n'avait plus eu de nouvelles depuis bien longtemps, il ne put quitter son lit pendant près de trois ans. Tout ce qui lui restait était cette robe de prêtre abimée que l'on avait lavé. Chaque jours, il reçu la visite régulière d'une none qui venait l'aider à se nourrir, puis tour à tour, il vit plusieurs personnes sans vraiment savoir ce qu'elles venaient faire dans sa chambre. Gabriel finissait souvent sans connaissance après leurs visites. Tout ce qu'il sait, c'est que ces fameux visiteurs étaient particulièrement intéressés par les croix rouges qui marquaient son avant bras droit. Et au bout de ces trois ans, il put enfin se lever. La première chose qu'il réclama fut cette fameuse bible mais même la none ne put la lui fournir. Disparue, comme bien d'autres choses. Kukaisurou était une ville bien étrange. Il y régnait cette atmosphère de dépravation, quelque chose de malsain qu'il pouvait sentir au fond de ses tripes. Gabriel agit bien vite, s'habillant de son haillon et allant se laver lui-même avec de l'eau bénite comme si son corps tout entier le brûlait. Il mit des jours à effectuer ce même rituel, priant devant l'autel durant des heures à chercher cette absolution avant d'oser sortir de l'église et d'affronter à nouveau ce monde. C'est dans des habits blancs qu'il arpente les rues dorénavant, armé des symboles de sa foi, quand il ne revêt pas la tenue officielle des prêtres pour des simples prières dans l'église.


Passe par le milieu de la ville, et marque d'un tav le front des hommes

CODE PAR @GAKI SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 70
Date d'inscription : 01/06/2015
La luxure incarnée
Destin A. Smodée
MessageSujet: Re: in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti ~ Père Gabriel Lun 12 Oct - 16:27
Validé o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti ~ Père Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Le père noël est une ordure
» Les relations père/fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BB-Revolution :: Welcome :: Détails des effectifs :: Fiches Validées-